Atouts financiers

Senior Cottage une solution moins onéreuse que l’entrée en institution ou le maintien à domicile !

Senior Cottage est accessible à l’achat ou à la location à partir de 690 €/mois soit une solution bien plus satisfaisante et moins coûteuse que la prise en charge dans une institution.

Le prix d’un Senior Cottage inclut la mise à disposition du Cottage, la prise en charge totale de l’installation (hors attentes réseaux), l’équipement complet de confort et de sécurité du Senior Cottage, ainsi qu’une garantie de 10 ans sur la structure du Cottage. Il donne également accès à une mise en relation avec les prestataires de services d’aide à la personne locaux sélectionnés par Senior Cottage pour leur sérieux et professionnalisme.

Vous souhaitez en savoir plus sur
Nos solutions de financement ?
Nos conditions de reprise ?

Contactez-nous

Une aide financière peut être sollicitée auprès de la CNAV (Caisse nationale d’assurance vieillesse) pour prendre en charge certaines dépenses dans le cadre du maintien à domicile :

  • Services à domicile : l’entretien du logement, les courses, la préparation des repas,
  • Services annexes : courses, portage de repas, transport accompagné, aide au retour à domicile après hospitalisation…

Après l’étude de votre situation et l’évaluation de vos besoins, ces aides peuvent être proposées par votre Conseil Général en fonction de certains critères.

Une alternative attractive versus d'autres solutions de logements

Aujourd’hui le principal inconvénient de ces résidences est le manque de structures dès que l’on s’éloigne des grandes agglomérations. Cette solution destinée à des personnes âgées encore autonomes compte aujourd’hui moins de 20 000 places en France (source cabinet Xerfi), concentrées dans les zones urbaines, voire exclusivement dans les centres-ville. Selon une enquête réalisée par Le Figaro il faut compter 180.000 euros pour un appartement de 50 m². Du côté des charges mensuelles, elles se situent entre 140 et 180 euros et il faut compter 2900 à 4200 euros du mètre carré habitable et 550 euros en moyenne pour louer un 2 pièces. Les charges, elles, sont évaluées à 120 euros par mois. Il est important de rappeler qu’il s’agit là d’une première entrée en institution ce qui n’est pas forcément le souhait de chacun.

Une place en maison de retraite quant à elle coûte, après déduction des aides, 1 857 € en moyenne par mois* au résident ! Médicalisées et avec du personnel adapté, elles permettent un accueil des personnes fortement dépendantes, malades ou dont les fonctions supérieures sont altérées (maladie d’Alzheimer par exemple) qui nécessitent une présence continue mais ne sont pas adaptées à la grande majorité des personnes âgées, en perte d’autonomie mais pouvant conserver leur indépendance.

*“Une pension de retraite de 900 euros en moyenne** pour un reste à charge de 1 857 euros en moyenne”. C’est ce qu’affirme une étude menée en 2013 par KPMG. Ce tarif peut évoluer en fonction de la situation géographique. En Île-de-France par exemple, ce prix moyen est de 2 242 euros par mois.

**La pension de retraite moyenne des femmes s’élève à 900 euros par mois. Ces dernières représentent la majorité des résidents d’EHPAD. Source : Les retraités et les retraites en 2010 – DREES – 12 mars 2012.

Le maintien des personnes âgées à domicile est la solution la plus choisie (plus de 8 fois sur 10). Ce mode de prise en charge est approuvé par les familles qui considèrent souvent que la maison de retraite est trop coûteuse ou pas adaptée pour leur proche.
En outre, même si le maintien à domicile apparaît souvent aux familles comme la meilleure solution, c’est dans ce cadre que les personnes âgées souffrent le plus de l’isolement. L’isolement peut entraîner de graves conséquences pouvant mettre en péril la vie de la personne : dépression, négligence de soi (malnutrition, mésestime de soi, manque d’hygiène, peu ou pas de stimulation physique et psychique…) ce qui peut entraîner une dégradation de l’état général de la personne. En accélérant le processus de vieillissement, l’isolement rend finalement urgent la prise en charge totale de la personne via son placement en maison de retraite et comporte des risques, près de 9000 personnes décèdent des suites d’une chute chaque année.

Or, selon une enquête du Figaro, réalisée en 2011, le coût de tels travaux, qui peut aller de la pose d’une douche à celle d’une rampe d’escalier, se chiffre de 3000 à 30.000 euros en fonction du degré de dépendance de la personne, avec un coût moyen de 7000 euros. Sur ces 2 millions de logements à adapter, l’Anah estime que 830.000 sont éligibles à ces aides conditionnées aux ressources et recommande une faisabilité sur dix ans de 400.000 adaptations, soit 40.000 par an pour un coût total de 4,2 milliards euros d’aides. Les aides de l’Anah vont de 35 % à 50 % du montant des travaux, qui est plafonné à 20.000 euros. De plus, le maintien à domicile n’exclut pas la nécessité de faire réaliser des travaux d’aménagement qui peuvent s’avérer très lourd. Les professionnels du secteur indiquent que le montant moyen des travaux pour l’aménagement complet du logement est de l’ordre de 40 000€. Il faut également tenir compte du fait que ces travaux sont définitifs et peuvent avoir un impact négatif sur la valeur de revente du bien immobilier ainsi transformé.

Vous souhaitez en savoir plus sur les aides au logement pour personnes âgées?
Consultez notre rubrique

AIDES FINANCIERES